Daniel Rigny, Philippe Couturier et Pierre Essig valident-ils le contenu de ce site ? (spoiler : on dirait bien que oui !)

Publié le

Pour mémoire ce site a été lancé il y a tout juste un an, alors que l’Actif Net Réévalué de la société cotée Officiis Properties chutait brutalement de -66 %… sans que ses dirigeants ne semblent particulièrement alarmés par cette situation catastrophique pour les actionnaires minoritaires.

Nous indiquions alors que ce site avait deux objectifs principaux :

1) fournir aux petits actionnaires des informations détaillées sur la société, ses actifs (et passifs !), sa gestion, son actionnariat et les opérations parfois complexes à appréhender qu'elle réalise,

2) fédérer, le cas échéant, les actionnaires minoritaires afin de défendre leurs intérêts.

Un an après, l’heure est au bilan.

 

1/ Des pressions multiples sur l’auteur de ce blog et une stratégie de victimisation

Ce blog a évidemment déplu.

Parce que nous sommes des gens courtois et respectueux des lois nous avons prévenu les dirigeants de société Officiis Properties (Pierre Essig, Philippe Couturier, Daniel Rigny et Claude Lutz) de la création de ce site.

Peu de temps après, Pierre Essig nous écrivait, un brin menaçant : « nous ne pouvons que regretter vivement (…) vos récentes publications inexactes et trompeuses (…). Nous vous informons que nous communiquons à notre avocat (…) les procès-verbaux des constats d’huissiers concernant les articles publiés sur votre blog, afin qu’il examine les suites qu’ils pourraient appeler ». Cette première tentative d’intimidation n’a finalement débouché sur aucune suite judiciaire.

Le conseil de la société Officiis Properties – ou l’avocat personnel de M. Daniel Rigny ? on s’y perd un peu, cf. ci-dessous – le célèbre Jean-Pierre Martel, nous envoyait, lui aussi, dès nos premières publications, une sympathique mise en demeure nous précisant qu’un de nos articles n’avait « de toute évidence pas d’autre objet que de tenter de faire pression sur Monsieur Daniel Rigny en mettant en cause publiquement son intégrité et la régularité des activités de ses sociétés » et nous enjoignant d’effacer cet article. S’en était suivi un passionnant débat sémantique sur la signification du terme « acolyte » que Bernard Pivot aurait sûrement apprécié. Un sujet finalement clos par une réponse de notre part soulignant certaines incohérences du courrier de Maître Martel qui ne s’est plus manifesté depuis.

Quelque temps plus tard, nous recevions cette fois un mail d’un certain Étienne de Roquemaurel, spécialiste en e-réputation, dans lequel il nous indiquait que : « les dirigeants de la société Officiis Properties, MM. Couturier et Essig, m’ont consulté afin que je leur donne mon analyse d’expert sur les différentes publications en ligne faites sur leur groupe, qui affectent gravement sa réputation ». S’en suivait alors un rendez-vous avec ce monsieur. Rendez-vous dont on ne comprend toujours pas vraiment la finalité puisque ledit monsieur a lui aussi disparu de la circulation suite à cet unique échange…

Peu après, nous recevions un courrier simple – les recommandés internationaux coûtent cher ! – d’un cabinet d’avocats anglais défendant Daniel Rigny. Ce courrier, dont nous ne sommes toujours pas certains de bien saisir toutes les nuances puisqu’il n’avait même pas été traduit en français, nous intimait d’effacer l’intégralité de ce blog. Sans aucun argument valable, nous n’avons évidemment pas obtempéré à cette surprenante injonction. Bien qu’inattendu, ce courrier a tout de même eu le mérite de nous apprendre que le cabinet Orrick Rambaud Martel, théoriquement conseil de la société Officiis Properties, était donc également le conseil personnel de Daniel Rigny… Confusion des genres encore et toujours !

En préambule de l’AG du 28 juin 2019 Pierre Essig indiquait que les questions écrites envoyées par un actionnaire minoritaire (l'auteur de ce blog) n’étaient qu’« une opération d’instrumentalisation de cette assemblée visant à alimenter les actions de dénigrement, notamment sur internet ». Puis il évoquait ensuite : « la violence des agressions sur les réseaux sociaux qui lui étaient préjudiciables ».

Dans le cadre d’une autre procédure, Philippe Couturier reprochait à l’auteur de ce blog la « publication d’informations mensongères et diffamatoires » ainsi qu’une « une stratégie de harcèlement de la direction d’Officiis ».

 

Reprenons donc : « publications inexactes et trompeuses », « actions de dénigrement », « informations mensongères et diffamatoires » et « stratégie de harcèlement » ? Des propos sans nuance, l’utilisation de termes juridiques précis, deux courriers d’avocats menaçants… mais pas l’ombre d’une plainte !

 

2/ Des dirigeants qui n’hésitent pourtant pas à attaquer leurs actionnaires devant les tribunaux

Pourtant les dirigeants d’Officiis Properties ont déjà démontré leur capacité à agir en justice. Sur les derniers mois ils ont fait réaliser un nombre incalculable de constats d’huissiers de ce blog, de forums Boursorama ou de posts Twitter où ils étaient mentionnés. Ils ont obtenu du TGI de Paris, une ordonnance enjoignant la société Boursorama de communiquer l’identité de quatre auteurs de commentaires de forum considérés comme injurieux et diffamatoires.

Suite à cela Philippe Couturier et Pierre Essig ont déposé deux plaintes pour diffamation contre ces actionnaires mécontents qui s’étaient exprimés avec des termes peu affables sur les dirigeants d’Officiis Properties.

 

3/ Alors, pourquoi n’attaquent-ils pas ce blog ?

La loi française est pourtant très bien faite. Les injures et diffamations sont des infractions sanctionnées sur le fondement de l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Et pourtant tous les articles prétendument « mensongers », « trompeurs », diffamatoires » qui figurent sur ce blog sont désormais prescrits ! Pourquoi n’ont-ils pas été attaqués dans le délai légal ?

C’est d’autant plus surprenant que l’auteur de ce blog s’est fait connaître dès son lancement et qu’il a proposé de corriger toute erreur éventuelle. Mais, à part les deux courriers d’intimidation rédigés par des avocats (qui n’ont pas été suivi d’effets tant ils étaient infondés), les dirigeants n’ont jamais pris contact avec nous pour corriger une éventuelle erreur figurant sur le site.

 

Nous ne voyons donc qu’une conclusion à cela : tout ce qui est écrit sur ce blog est rigoureusement exact !

 

L’absence de procédure de la part de personnes pourtant promptes à dégainer les assignations nous confirme ipso facto qu’ils valident ce qui figure ici. Nous tâcherons donc d’être à la hauteur de leur confiance dans nos prochains articles, car, en effet, ce site va reprendre petit à petit ses publications, avec notamment des nouvelles :

  • de la société Officiis et de ses actionnaires majoritaires (REOF, TTCI, TwentyTwo Real Estate, Massena) suite au retrait de cote,
  • des procédures judiciaires engagées ou qui vont l’être.

 

 

Et comme toujours, n’hésitez pas à nous écrire un petit mot doux : contact @actionnaires-officiis.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Procédures 24/12/2019 09:17

Bonjour et content de voir que vous êtes toujours là.
Du coup : des procédures ont elles été lancées ? L'AMF est-elle saisie ?
Hâte de vous relire.
Michel

PHILIPPE 22/12/2019 17:10

Le KOWEIT comme nouveau client !

La société NBKC BLUEJAY LIMITED vient d’être créé par TWENTYTWO REAL ESTATE Partners Limited.
NBKC = National Bank of Kuwait Capital !

Le KOWEIT s’apprêterait à faire ses emplettes immobilières en France grâce à Daniel Rigny ?? Je vous laisser creuser tout ça ;)